Julie Graziani, un suppo média, inconnue jusqu'à ce jour, est en TT depuis le 5 Novembre 2019.

En cause, son intervention plus que ratée sur LCI, suite à la diffusion d'une courte vidéo, où l'on peut voir une femme, visiblement agacée par sa situation, interpeller le président Macron, pour lui demander comment faire pour vivre, seule, avec 2 enfants, et au SMIC.

La réponse de la pseudo-éditorialiste provoquera un déferlement d'insultes et de mépris sur la toile, notamment sur la Twittosphère, qui sert bien souvent de dévidoir de haines et d'avis bien tranchés.

Ce qui pose problème ici, c'est bien évidemment la ""solution"" proposée par ce déchet issu des médias.

J'ai deux enfants, je suis seule, je suis au SMIC. Et je comprends très bien qu'elle s'en sorte pas, c'est sûr qu'elle s'en sort pas à ce niveau là.

Elle aurait pu s'arrêter là, mais elle a préférée se tirer une balle dans le pied

Mais à un moment donné, je connais pas son parcours de vie à cette dame.
Qu'est ce qu'elle a fait pour se retrouver au SMIC ?
Est-ce qu'elle a bien travaillée à l'école ?
Est-ce qu'elle a suivie des études ?

Déjà, là, à l'écouter, fallait bosser à l'école. Au même moment, des personnes qui sont BAC +5 sont également au SMIC... Mais elle ne s'est pas arrêtée là, et le pire reste à venir.

Et puis si on est au SMIC, et bah faut peut-être pas divorcer non plus dans ces cas là. Si tu veux, à un moment donné, quand on se rajoute des difficultés sur des difficultés, et des boulets sur des boulets, on se retroucve dans des problèmes.

La tête d'Aurore Lalucq en dit long sur l’atmosphère qui pèse alors sur le plateau.

Devant l'ampleur de ces propos devant les tweets tous plus accablants les uns que les autres, Julie Graziani présente ses excuses qui, une fois de plus, ne font pas l'unanimité

Trop tard, et quand l'éditorialiste veut entrer dans les détails et relater son enfance, c'est pire que tout.

De son côté, David Pujadas s'est défendu de ne pas être intervenu.

Les propos de Julie Graziani ne sont pas un dérapage. Ils constituent une opinion. L'opinion de Julie Graziani peut indigner, mais le débat d'idées, ce sont justement des opinions qui se confrontent, même celles qui ne nous plaisent pas. Si cela avait été une interview, j'aurais dû intervenir. Là, c'était un débat avec une personne en face qui est immédiatement intervenue et a contesté point par point le propos de Julie Graziani. Tout a été dit très rapidement. Elle lui a d'ailleurs coupé la parole. La contradiction a été totalement apportée.


Loin d'être le premier dérapage

Nous le savons tous, les internautes sont capables de retrouver tout (ou presque) ce qui compose le passé numériques des personnalités. Et Julie Graziani n'en était visiblement pas à son coup d'essai, puisqu'elle comparait des trisomiques à des noirs.

Des enfants diagnostiqués trisomiques sont avortés avant leur naissance, c'est de la discrimination évidemment, car vous avorteriez un bébé parce qu'il est noir ?

Des propos qui avaient probablement choqué lors de leur diffusion, et qui refont aujourd'hui surface.