Certains pompiers intervenus sur l'incendie de Lubrizol ont l'intention de déposer plainte, après avoir reçu leurs résultats d'analyses, qui présentent des conclusions anormales. Néanmoins, aucun lien ne peut être établi entre les résultats et l'incendie de l'usine classée SEVESO.

Pour approximativement 10 des pompiers, les analyses sanguines présentent un taux de transaminases trois fois supérieur à la normale (foie) ainsi que des perturbations de la fonction rénale. Le porte-parole du SDIS76 indique quant à lui qu'aucun lien ne peut être fait avec leur exposition sur le site de l'incendie.

Ces premiers résultats réalisés 21 jours après l'exposition des pompiers ne permettent en effet pas de diagnostiquer une éventuelle intoxication. Seule la seconde prise de sang, réalisée à J+31 saurait être significative.