Ribemont : La barrière se lève au passage d’un train

Ribemont, agglomération située au sud-est de Saint-Quentin, soulève une nouvelle fois le problème d’insécurité des passages à niveau de la SNCF.
Un automobiliste a publié sur les réseaux sociaux, Mardi 9 Janvier, une photo qui illustre bien le danger.

Tout le monde connaît le principe d’un passage à niveau.
A l’approche d’un train, les barrières se baissent et un feu rouge clignote. Une fois le train passé, les barrières se relèvent, le feu cesse de clignoter, on vérifie qu’il n’y en ait pas un autre, et on s’engage.

Pas de pot, puisque ce Mardi 9 Janvier, les barrières se sont relevées alors que le train était encore en train de traverser le passage à niveau.
Devant l’ampleur de cette histoire, la direction de SNCF Réseau a tenu à diligenter une enquête interne, qui a relevé qu’aucun danger n’était présent dans la mesure où le train circulait à 5km/h du fait d’un dysfonctionnement sur la voie, et qu’en dehors des barrières, le feu rouge fonctionnait correctement, et que les panneaux de signalisation étaient parfaitement visibles aux abords du passage à niveau.
« Le passage d’un train est conditionné aux barrières. Si les barrières ne sont pas baissées, le train ne passe pas ». Les barrières se seraient donc bien baissées à l’approche du train, mais se seraient relevées alors que ce dernier n’avait pas encore quitté le passage à niveau, du fait de sa faible vitesse.

La photo, vue plus de 19.000 fois sur Facebook, fait remonter de mauvais souvenirs à la surface, notamment le drame de Millas, impliquant un car et un train.
A la demande de la SNCF, la photo a été retirée de Facebook, mais elle circulait hier encore sur Twitter.