Besoin de faire pipi ? Envoyez un mail !

Ça n’est pas une blague, et ça se passe au sein du groupe SFR/Numéricâble, dans un centre d’appel Téléperformance, à Blagnac.\r\n\r\nDepuis peu, les employés qui traitent les appels des clients, doivent envoyer un mail à leur superviseur, pour aller aux toilettes. Cette mesure intervient à la suite de l’intégration du nouveau programme de répartition du flux d’appel.\r\nLorsqu’un employé souhaite aller aux toilettes, il doit donc envoyer un mail au superviseur qui exclura le poste de l’employé le temps de son absence.\r\n

Cette nouvelle procédure vise à réduire le temps d’attente des clients appelant le service client

\r\nRappelons qu’en plus du temps de pause alloué au repas, tout employé bénéficie de 30 minutes de pause pour vaquer à ses occupations.\r\n\r\nCe vendredi 25 Mars dans l’après-midi, un préavis de grève a été déposé par le CHSCT. Des perturbations sont donc à prévoir, car la loin interdit le remplacement d’un salarié gréviste.\r\n\r\nContactée par France-Bleu, la direction du centre d’appel n’a pas souhaité s’exprimer.


Toutbox ferme définitivement

Ashampoo_Snap_2016.03.03_20h00m48s_003_\r\n\r\nC’est la mauvais nouvelle de cette semaine, partageurs.com, anciennement toubox.fr, fermera définitivement ses portes ce 31 mars 2016.\r\n\r\nAucune information n’a été communiquée de la part de l’équipe du site, néanmoins, on vous prévient que vous avez jusqu’à la date de fermeture pour récupérer vos fichiers.


Elle met son bébé dans la machine à laver après l’avoir tué

Ces derniers jours, la Seine-Saint-Denis fait parler d’elle dans l’actualité, malheureusement pas dans le bon sens.\r\nAprès l’affaire du petit garçon de six ans percuté par des braqueurs, c’est un fait divers une nouvelle fois bouleversant qui remplit les lignes éditoriales des journaux.\r\n\r\nC’est donc à Drancy, en Seine-Saint-Denis, qu’une jeune mère de 28 ans aurait roué de coups son nourrisson, âgé 22 mois, conduisant à la mort de celui-ci. Elle explique avoir frappé son enfant « de rage » suite à un rendez-vous chez son médecin qui ne se serait vraisemblablement pas bien déroulé. La mère se serait alors défoulée sur son enfant, en le frappant et le jetant au sol. Lors de son audition dans le cadre de sa garde à vue qui aura durée 48 heures, elle explique à l’officier de Police judiciaire qu’elle a « boxé » son enfant.\r\n\r\nPrise d’un sentiment de culpabilité, et réalisant que l’irréparable avait été commis, la mise en cause explique qu’elle a ensuite placé le nourrisson dans sa machine à laver, avant de la mettre en route pour laver le bébé afin de tenter d’effacer les hématomes. Une fois le programme terminé, la mère a habillé le nourrisson avant de le replacer dans son lit, pour ensuite appeler son mari.\r\n\r\nA son arrivée, le père découvre son enfant, inanimé, couvert d’hématomes, dans son lit. Il se rend alors aux urgences de l’hôpital du Blanc-Mesnil, où les médecins ne pourront que constater le décès du nourrisson.\r\n\r\nLe père, remis en liberté, explique également qu’il connaissait les excès de violence de son épouse, et qu’il avait déjà écarté du domicile familial leur premier enfant. La mère, quant à elle, a été placée en détention en attente de son jugement. Elle encours la prison à perpétuité pour homicide sur mineur de moins de quinze ans.\r\n

(Image : LeParisien)